ÉlectrostimulationSin categoría

Principaux indicateurs de l’électrostimulation médicale

By 06/02/2018 No Comments
electroestimulación médica

À l’instar de publications antérieures sur l’électrostimulation, nous expliquerons comment utiliser cette technique de façon efficace.

Il existe une croyance selon laquelle les électrostimulateurs sont tous pareils, qu’ils possèdent tous les mêmes fonctions, qu’ils soient chers ou abordables. Or, cette croyance est fausse.

Il existe aussi une croyance selon laquelle l’utilisation de l’électrostimulation consiste à poser des électrodes n’importe où. Là aussi, cette croyance est fausse. Cette croyance est d’ailleurs à l’origine du scepticisme de nombreux médecins de ce secteur. Tout réside dans la méthodologie.

En effet, l’électrostimulation médicale est beaucoup plus complexe. Les paramètres de cette technique devront être pris en compte pour qu’elle soit sûre et efficace.

Histoire des études médicales et thérapeutiques de l’électrostimulation

Depuis l’aube de la civilisation, les humains ont toujours eu pour objectif de préserver leur santé.

Les égyptiens déjà connaissaient les bénéfices du courant naturel. Nous le savons grâce à la représentation d’un poisson électrique trouvée dans une tombe, qui remonte à l’an 2750 Av. J.C. À l’époque déjà, le courant électrique était considéré comme une aide pour être en bonne santé, comme nous venons de le mentionner.

Quant aux civilisations plus anciennes, nous n’avons que quelques indices très vagues sur l’utilisation des courants naturels. Néanmoins, l’information que nous possédons sur les romains est beaucoup plus précise et détaillée.

Le premier protocole sur l’électrothérapie dont nous disposons remonte à l’an 46 Av J.C. Cette année-là, Siribonius Largus fait référence à la pharmacopée qu’il a lui-même écrite, un remède pour les patients souffrant de goutte et qui consistait à mettre une torpille noire, (Torpedo nobiliana) vivante sous leurs pieds. Le patient devait rester sur le bord de la plage, à l’endroit où viennent mourir les vagues pour que la jambe soit insensible.

Mais il faut attendre le XVIIIe siècle pour que l’électrostimulation débarque dans le monde du sport. Ces études scientifiques appartiendraient à Luigi Galvani et Volta.

En 1791, Luigi Galvani, note dans son ouvrage Viribus electricitatis in motu muscolare, ses commentaires sur la contraction musculaire, sous l’effet de ce qu’il appelle simplement « électricité » et en conclut qu’il était possible de stimuler électriquement la musculature et les possibilités que cela impliquait.

À partir du XIXè siècle, les travaux de recherche et les solutions techniques et scientifiques se multiplient et se tournent vers différents domaines, car les nombreuses possibilités de produire, stocker et utiliser les impulsions électriques connaissent une évolution importante dans les secteurs de la médecine et de la physiothérapie.

Petit retour sur l’évolution de l’électrostimulation médicale au fil du temps

En 1831, Faraday découvre le phénomène de l’induction électrique et élabore un certain type de courant alterne, qui reçoit son nom du courant faradique.

Le courant faradique se compose d’une série d’impulsions unidirectionnelles d’une durée comprise entre 0,1 et 1 Mseg, dont la fréquence est de 50 ou 100 Hz. Il présente une dépense de 2 s et une pause de 6 s, entre chaque impulsion. En outre, il est constitué d’une modulation constante de l’amplitude, de telle façon que deux stimulations successives ne sont jamais identiques.

En 1833, Duchenne de Boulogne découvre la façon de stimuler électriquement un muscle, sans avoir nécessairement une incidence sur la peau, grâce à l’utilisation d’électrodes pour la stimulation transcutanée.

En 1849, Du Bois Reymond comprend l’importance de la rapidité de l’émission de chaque impulsion pour obtenir la dépolarisation de la membrane.

En 1900, Leduc reprend les études antérieures inhérentes à la migration ionique et démontre qu’une impulsion peut être utilisée pour faire migrer certains ions au travers de la barrière cutanée, sans l’abîmer.

En 1902, Weiss comprend la base d’une contraction musculaire induite et la relation entre l’intensité de la stimulation et sa durée.

En 1909, en s’appuyant sur la loi de Weiss, Lapicque calcule la relation mathématique entre l’intensité et la durée d’une stimulation pour pouvoir exciter un tissu. Il introduit également les concepts de chronaxie et de rhéobase, en corrélation au travers d’une formule mathématique.

En 1916, Adrián démontre de forme expérimentale les courbes d’intensité et de durée pour les muscles innervés et dénervés.

En 1919, Bourguignon commence à mesurer de forme expérimentale la chronaxie des différentes zones musculaires de l’homme.

En 1925, Bernard commence une étude sur les courants interférentiels.

En 1939, Le Go commence une étude applicative des stimulations interférentielles.

En 1950, Nemec perfectionne les études de Le Go et réussit à construire un appareil pour émettre ces impulsions.

En 1965, Melzac et Walls publient dans le magazine Science « Pain mechanism, a new theory », un travail sur le contrôle et la modulation physiologique. Ces études démontrent l’électrostimulation avec le développement du tens (électrostimulation nerveuse transcutanée).

En 1972, Sibilla propose une technique avec l’électrostimulation pour la scoliose idiopathique.

En 1988, G. Cometti étudie les effets des entraînements avec l’électrostimulation, en utilisant des courants de kotz, comme les courants biphasés rectangulaires, dans le domaine du sport et de la santé.

En 1989, G. Cometti obtient des augmentations optimales des capacités de la force explosive après la réalisation d’entraînements avec l’électrostimulation.

Cette chronologie nous indique que l’application médicale de l’électrostimulation médicale était déjà connue d’une manière ou d’une autre, et que depuis elle a été utilisée dans le monde du sport ainsi que dans celui de la physiothérapie.

Quel est l’aspect le plus important de l’application de l’électrostimulation médicale ?

L’impulsion biphasée.

Une impulsion électrique biphasée peut être définie comme un flux ordonné de charges électriques. Cela signifie qu’elle possède une potentialité électromotrice et que pendant son mouvement, elle est capable de transporter des ions sensibles à son action.

La chronaxie

Il s’agit d’un élément fondamental pour déterminer la spécification des programmes d’électrostimulation médicale. La chronaxie est le temps d’impulsion pour la stimulation musculaire et elle est utilisée pour différencier les chaînes musculaires.

Téléchargez maintenant notre guide d’exercices et nos vidéos d’entraînements avec l’électrostimulation

Télécharger maintenant

Laisser une réponse